Retour à l'index.

Joseph Vernet, Première vue de Bordeaux, 1758.
165 x 263 cm, musée de la Marine, Paris.

« Vue prise du côté des Salinières, où l'on découvre les deux pavillons qui terminent la place Royale dans lesquels l'Hôtel des Fermes, dans l'autre la Bourse : une partie du Château-Trompette : ensuite le faubourg appelé les Chartrons, et la Palue dans le lointain. À l'extrémité, Lormond, village à une lieue au-dessous de Bordeaux au pied d'une montagne. »
Joseph Vernet, Catalogue du Salon 1759, n° 65.

 

Joseph Vernet, Seconde vue de Bordeaux, 1759.
165 x 263 cm, musée de la Marine, Paris.


« Cette vue est prise du Château-Trompette, d'où l'on voit une partie de ce château, la Bourse, la Place Royale et la statue équestre du Roi, l'Hôtel des Fermes, les Salinières et partie des chantiers. »
Joseph Vernet, Catalogue du Salon 1759, n° 66.

L'essor du commerce du vin et des grains a considérablement enrichit Bordeaux (cf les façades des bâtiments donnant sur les quais). Les navires marchands (notamment un hollandais à l'extrême-gauche, pavillon tricolore horizontalement) mouillent en pleine Garonne et sont déchargés par de grosses barques qui font la navette avec les quais.

 

Autres tableaux de Vernet, toujours dans sa collection des ports de France :
Le port d'Antibes (avec un bataillon d'infanterie en marche) ;
Le port de Cette (scène de pêche par temps de tempête) ;
Le port de La Rochelle ;
Le port de Marseille (l'ancien arsenal des galères se trouve sur la gauche) ;
Le port de Rochefort (avec la corderie) ;
Le port de Toulon, vue de l'Est (l'approvisionnement de la Marine) ;
Le port de Toulon, vue de l'Ouest (avec le parc d'artillerie).

-> La série sur le site du musée de la Marine. Voir aussi les articles wikipédia sur le « port de la Lune » et sur les ports de commerce français au XVIIIe siècle.

Retour à l'index. Une étude de documents sur les toiles de Vernet (en seconde).